La FGTB mobilisée aux côtés des femmes les 8 et 9 mars


Le 8 mars, les femmes marcheront à Bruxelles et partout dans le monde avec un seul objectif commun : conquérir leur droit à l’égalité. Droit manifestement toujours bafoué !

Aujourd’hui encore, l’inégalité salariale augmente et passe à 23,7% tandis que les avantages extralégaux semblent toujours revenir prioritairement aux hommes. Sans parler des discriminations à l’embauche, de l’inégale répartition des tâches ou encore de la difficile combinaison vie privée/vie professionnelle qui demeure un véritable frein à l’émancipation des femmes travailleuses.

Pour ces raisons, la FGTB marchera aux côtés des milliers d’hommes et de femmes partout dans le pays ce 8 mars à l’occasion de la journée mondiale des droits des femmes.

La FGTB a déposé un préavis d’actions auprès des employeurs afin de permettre à toutes et tous de participer activement aux actions et manifestations organisées dans ce cadre. Sous le slogan « les femmes savent pourquoi », la FGTB appelle ses membres et l’ensemble du monde associatif à exiger que les choses changent !

De plus, cette journée marque le début d’une série d’actions. De cette manière, la FGTB soutient également les revendications du Collectif 8 mars d’arrêter symboliquement toutes les formes de travail - où et quoi que ce soit - les 8 et 9 mars et, surtout, de faire connaître les problèmes auxquels les femmes sont confrontées.

Le genre à notre époque, dans notre société, ne devrait plus déterminer notre place ni notre condition. Ainsi, refuser aux femmes les mêmes droits qu’aux hommes est un déni total et insupportable de leur condition humaine.

Les Hommes naissent libres et égaux en droits, parce qu’ils sont humains. C’est cette qualité qui est la seule digne d’être considérée. Imposer aux femmes une place subalterne dans la famille, leur octroyer un salaire inférieur, les maltraiter, les harceler, les siffler, les oppresser, les diminuer sont autant de comportements, hélas non-exhaustifs, que doivent supporter les femmes chaque jour. C’en est trop ! Une société digne, une société réellement civilisée, ne devrait plus faire de distinction entre les genres.

Parmi les nombreuses inégalités qui affligent les femmes, il faut s’inquiéter de la question salariale. En 2017, l’inégalité salariale s’élevait encore et toujours à 23,7%. Une inégalité qui entraine des conséquences tout au long de leur carrière et pénalise leur pension. Le combat de la FGTB pour un salaire minimum de 14euros de l’heure (soit 2300euros par mois) est l’une des solutions pour mieux combattre cette inégalité salariale. Augmenter le salaire minimum, quand on sait que les femmes sont particulièrement touchées par la problématique des bas salaires doit être une priorité absolue. C’est la première clé de leur émancipation ! C’est pourquoi la FGTB lancera également sa campagne annuelle pour l’égalité salariale dans le courant du mois de mars.

La FGTB donne rendez-vous aux citoyennes et citoyens, dès le 8 mars et dans les semaines qui suivront partout où cela sera possible, dans toutes les actions prévues qui seront communiquées. Une société ne peut être épanouie lorsque la moitié qui la compose s’en trouve spoliée.